TvMusikBuzz

TvMusikBuzz sélectionne pour vous ce qu'il faut avoir vu ou entendu...

jeudi 23 août 2007

BIOLAY SE LACHE DANS TECHNIKART


Le chanteur Benjamin Biolay, pas très connu du grand public, (mais certainement le seul compositeur intéressant en France) se lache complètement dans l'interview donné au mensuel culturel TECHNIKART (excellent magazine par ailleurs) .

Pour ceux qui ne connaissent pas du tout, Biolay a été le grand artisan du come-back inoui d'Henri Salvador en 2000, en composant notamment l'énorme succès "Jardin d'Hiver".
Il s'est aussi occupé, sans grand succès, du 2ème album de la Star Académicienne Elodie Frégé.
A contre-coeur, Biolay s'est retrouvé catalogué "nouvelle chanson française", cette horreur musicale absolue représentée par les Vincent Delerm, Anaïs, Bénabar, Senseverino ou Raphaël.
Benjamin Biolay aborde, dans cet entretien, de multiples sujets avec une franchise rare dans ce métier.
Et franchement, quel plaisir de voir enfin un artiste dégommer une Zazie ou un Bénabar.
Morceaux choisis de ses énervements :
Le téléchargement illégal :
"La crise du disque bat son plein, et les maison de disques ont trouvé une rhétorique pour éviter que les artistes les attaquent : ils ont tapé sur le consommateur avec des crétins comme Zazie et Louis Chedid qui disaient : "il faut acheter ma musique". J'ai cherché : il n'y a aucun morceau de Louis Chedid à télécharger sur internet !"
Sur l'argent :
"Le pactole de ma vie : Henri Salvador. 1,5 MF. Là, tu fais chauffer la carte et ça va pas s'arrêter."
Sur Henri Salvador :
"J'étais fan quand j'étais petit. Quand je l'ai rencontré, il était complètement à la ramasse, tout le monde s'en branlait. C'est un gros connard, pas franc, pas généreux, compétitif. Il a encore la haine envers Charles Trénet. Salvador, c'est un artiste anecdotiquement génial qui a fait que des conneries dans sa vie."
Sur la nouvelle chanson française :
"Moi, ce mouvement de la nouvelle chanson française me débecte : il n'y a plus de mélodies, les thèmes sont sans intérêt, quotidiens, affreux, mais ça marche."
Sur Bénabar :
"Le pire, c'est Bénabar. Et de très loin. Lui, c'est le Champion. Je comprends pas comment on peut avoir envie d'être ce gars là. Quand j'étais petit, je rêvais d'être un Beatle ou un Platini. Te te fantasmes pas en mec habillé en fonctionnaire des postes qui te dit : "tiens on va se faire livrer un pizza". Voir Bénabar vendre 700.000 albums... c'est pas normal."

1 commentaire:

Laffargue a dit…

On devrait être d'accord tous les deux si tu prends trois minutes pour lire ça
http://blaffargue.over-blog.com/